MYCOPHYTO, est une société fondée par une docteure en microbiologie spécialiste des interactions plantes-microorganismes Justine Lipuma et une ingénieure de recherche INRAE spécialiste dans le développement de systèmes agricoles plus durables, Christine Poncet. Les deux fondatrices s’appuient sur le postulat suivant la transition agro-environnementale ne se fera que via l’augmentation et la gestion de la biodiversité naturelle dans un agroécosystème. Ce concept peut rendre ce dernier plus robuste/résilient face aux aléas climatiques ou à l’arrivée de bioagresseurs.

La société est spécialisée dans la production, l’isolement et la caractérisation de Champignons Mycorhiziens Arbusculaires (CMA) indigènes. Elle a développé différents savoir-faire autour de leurs production et formulation pour inoculer des plantes d’intérêts agronomiques et économiques pour les rendre plus robustes. MYCOPHYTO apporte une réponse concrète et réaliste au challenge de la transition agricole et environnementale par la mise en place de technologies biologiques naturelles et innovantes, prenant en compte les attentes sociétales et la performance économique. MYCOPHYTO souhaite devenir un acteur novateur et disruptif de la révolution verte à venir.

Dans le domaine de la mycorhization, MYCOPHYTO est la seule société qui fonde son business sur le savoir-faire et l’innovation et qui assure son développement technologique et commercial grâce à un système d’information et d’analyse de données interdisciplinaires combinant biotechnologie et Big Data/IA. MYCOPHYTO propose de revitaliser les sols avec des micro-organismes exclusivement indigènes. Le marché de biostimulants à base de micro-organismes de type champignons mycorhiziens s’est développé sur l’utilisation de souches de CMA génériques dont la production est tenue par quelques grandes sociétés. L’introduction de souches de CMA génériques dans les cultures ne donne pas les résultats escomptés du fait d’une mauvaise survie des souches et de l’absence d’une interaction symbiotique dans une grande partie des cas (Corkidi et al. 2004). Une autre problématique non négligeable existe, celle du risque de perturber l’équilibre et la structure du microbiome des sols traités.

La société a pour objet en France et à l’étranger :

  • La recherche, conception, le développement, la réalisation et la distribution de tous produits et services relatifs notamment à des systèmes de productions agricoles plus respectueux de l’environnement et des hommes.
  • La formation et les services afférents liés à l’objet précité

Le résultat d’une rencontre de 2 expertises du développement durable :

Docteur en microbiologie, Justine Lipuma, rentre de sa collaboration avec l’Université de Turin en 2015 avec une expérience et des connaissances uniques sur les symbioses plantes-microorganismes et leurs effet bénéfiques sur les agroécosystèmes. Elle souhaite mettre son parcours universitaire au bénéfice du secteur de l’agriculture qu’elle connaît déjà puisqu’ayant fait ses études secondaires dans un lycée agricole. Son objectif est de promouvoir des outils biologiques enfin efficaces pour une agriculture durable i.e. sans intrants chimique : les champignons mycorhiziens arbusculaires (CMA).

Fin 2015, Justine Lipuma rencontre Christine Poncet, alors directrice adjointe de l’Institut Sophia Agrobiotech (INRA -Institut Nationale de la Recherche Agronomique) en charge de l’innovation. Christine Poncet est une experte internationalement reconnue des systèmes de production agricoles plus respectueux de l’environnement et en particulier de la conception et validation d’alternatives aux pesticides chimiques. Fort de 30 ans d’expérience, Christine sait que 80% des solutions de biocontrôle, pourtant validées dans les laboratoires, sont inefficaces en conditions réelles de production. 

Ensemble elles cofondent la SAS MYCOPHYTO. Suite à cela, Justine Lipuma en devient la présidente et Christine Poncet via un concours scientifique signé entre l’INRAE et MYCOPHYTO lui permettant de concilier son travail au sein de l’INRAE et de MYCOPHYTO, devient la conseillère scientifique de la SAS.